David GIAMI, Dirigeant-fondateur LA TOUR IMMO nous accorde un moment.

 En 2020 , doit-on continuer à investir dans l’immobilier commercial ?

Le commerce est une valeur sûre et il existera toujours, à travers le digital et les nouvelles technologies, mais différemment. 
Le marché pour 2020 s’annonce déjà en pleine croissance avec des prix au mètre carré qui ne cessent de grimper. 
Avec plus de 40% de nouveaux clients qui ont investi dans l’immobilier commercial sur l’ile de France en 2019, on peut dire que le marché reste toujours aussi actif. 

 Les raisons de cette constante hausse ? 

Nous notons plusieurs aspects importants : 
-Nous sommes dans un micro marché et les produits à la vente se font de plus en plus rare. 
-L’argent en banque et les différents placements ne rapportent plus grand chose 
-Les taux d intérêts frôlent la barre des 1% 
-Les banques prêtent avec des apports pouvant aller jusqu’à 10% qui correspondent aux droits d’enregistrement liés à l’état. Le nombre d’investisseurs s’accentuent avec une répartition étendue sur les petites et moyennes surfaces sur PARIS et région parisienne.
Cette année encore, le marché n’a jamais été aussi actif, et le nombre de transactions ne cessent de croître.

Les activités en vogue ?

Les surfaces commerciales sur cour, en étage, les immeubles commerciaux, les hôtels et les bureaux de standing représentent une grosse partie de notre activité. 
En effet, la signature d’agences immobilières, d’avocats, de notaires et de nombreuses professions libérales contribuent à l’évolution de notre chiffre d’affaire. 
Les activités liés au RB&B , à la fin 2019, sur des petites ou moyennes surfaces ou petits immeubles commerciaux constituent également une part importante d’un chiffre d’affaire à ne pas négliger. 
Les sociétés de conciergerie sont pour nous de vrais partenaires, tant dans l’estimation de nos locaux que dans la décision de nos investisseurs de pouvoir placer leur argent. 
Les centres ophtalmologiques, centres médicaux ou centres dentaires sont autant d’activités qui ne cessent de croître sur l’île de France et dans toutes les grandes villes de plus de 200 000 habitants. 
On voit fleurir énormément de nouveaux concepts dans l’équipement de la maison et dans les activités liés au sport.
C’est la raison pour laquelle, nos agences s’organisent et évoluent. On a signé en 2018 et 2019, de plus grosses surfaces allant de 500 à 3000 m2, aussi bien en matière de boutiques que d’emplacements numéro 1. 

 Quels sont les quartiers les plus recherchés en bureaux et les prix pratiqués aujourd’hui?

Les secteurs les plus prisés restent le triangle d’Or de la capitale avec le secteur de la rue Marbeuf, rue  François 1er, rue Trémoille et bien sur l’avenue Montaigne. 

Les loyers en île de France ont augmentés de plus de 40% en moins de deux ans. 

Les présentations sur les ventes de bureaux ont atteint des prix records passant de 10 à 22, voir même 35000€/m2. 

Il y a peu de produits et donc le travail des brokers consiste à persuader leurs investisseurs de revendre à des montants parfois multiplié par 2,5 ou 3 leur prix d’achat de départ. 

A PARIS les prix moyens varient dans l’Est Parisien à 450€/m2/an et pouvant atteindre dans le triangle d’or, des 700 à 800 €/m2/an en fonction de la qualité des immeubles et de la qualité des travaux effectués. Il est évident que les prix varient en fonction de la qualité de l’immeuble.


Quels sont les quartiers porteurs pour 2020 ? 

Je pense que Le quartier de la Rue de Rivoli, la rue du Louvre et les rues avoisinantes font partie des secteurs qu’il va falloir surveiller de près. 

Le groupe LVMH s’est offert le bâtiment de La Samaritaine en 2001. À l’époque, il s’agissait encore d’un grand magasin, construit en 1870 par la célèbre famille Cognacq-Jay. 3 ans après l’acquisition, LVMH ferme l’emblématique magasin, invoquant d’importants problèmes liés à l’amiante et des risques structurels dans le bâtiment principal. C’est le début d’une série de propositions et de négociations avec la Mairie de Paris, qui n’ont abouti qu’en 2015, quand les travaux de construction ont véritablement commencé.

 Doit-on continuer, à l’horizon 2020, d’acheter des murs de boutiques ?

Oui, certains l’ont déjà compris depuis des années .

En visant l’immobilier, l’objectif d’Amancio Ortega ( le patron du groupe Zara ) – n’est pas de spéculer mais d’investir sur le long terme. Il a choisi « une activité assez conservatrice, sans grande rentabilité mais suffisamment stable ».

Hors de question d’investir dans l’immobilier résidentiel, potentiellement plus rentable mais à la réputation sulfureuse en Espagne depuis la bulle immobilière des années 2000.

Son portefeuille se compose principalement de bureaux et de magasins, ainsi que de quelques hôtels. Outre de nombreux édifices à Madrid et Barcelone, Amancio Ortega est désormais le premier propriétaire immobilier de la célèbre artère commerçante d’Oxford Street à Londres. A Paris, il possède notamment la boutique Apple du quartier de l’Opéra et un immeuble sur les Champs-Elysées.

Les acquisitions se font « uniquement dans les capitales de pays stables », dans des quartiers prestigieux et exempts de brusques mouvements immobiliers.

Le créateur de Zara n’hésite pas à louer des bâtiments à ses concurrents, comme le magasin madrilène de la chaîne irlandaise Primark. 

Y a t il d’autres activités aussi rentables ? 

Il est indispensable de diversifier ses investissements et notamment dans la pierre. 
Acheter des hôtels, des locaux commerciaux transformables en RB&B ou de grandes surfaces à transformer en co-living. 

La meilleure des rentabilités et le meilleur conseil que je puisse donner aux investisseurs est celui d’acheter les locaux dans lesquels vous êtes locataires.

 Le chiffre d’affaire de LA TOUR IMMO continue t’il a évoluer ?

J’ai la chance d’être bien épauler avec des directeurs formés à l’image de notre groupe et une excellente force de vente. 

En 2020, l’aventure continue et nous serons heureux de vous recevoir dans notre nouvelle agence en plein cœur du 9ème arrondissement. 
Pour cette 7ème ouverture deux jeunes commerciaux, formés selon nos méthodes prendront la direction .

Reprendre un tronçon de rue et repenser les commerces en apportant de la nouveauté, cela fait partie de notre ADN.

 Quoi de neuf au niveau du recrutement ?

Plus de 14 personnes ont rejoint notre groupe en 2019. 

Nous avons eu la chance de recruter un expert immobilier qui n’est autre que Laurent VELAY. Ancien président de Knight Frank Expertises et directeur général du crédit foncier expertise, Laurent Velay est connu et reconnu avec plus de 8000 expertises à son actif. Son travail nous permet d’analyser le marché d’une manière différente.Il va également contribuer au travail de nos commerciaux et se rapprocher de notre service capital market. 

8 commerciaux sont venus rejoindre nos points de vente, éparpillés au sein de nos agences.
Un directeur administratif et financier a intégré le groupe afin d’attirer une clientèle d’institutionnel.

Une journaliste célèbre d’ i24 news, Isabelle GIAMI (ma femme aujourd’hui) , nous a rejoint afin de gérer la mise en place de notre journal, pour lui donner en dehors du magasine d’annonces immobilières, un côté lifestyle au côté de Pauline SOULHIARD notre attaché de presse. 

 Comment parlez-vous de la concurrence ?

Merci à eux d’être présents et merci à mes équipes d’avoir pu se rapprocher de nos confrères afin de signer ensemble quelques beaux dossiers. 

Quand on parle de concurrence, on est obligé également de parler des anciens de LA TOUR IMMO. 
LA TOUR IMMO est une grande école. Nous avons formés depuis presque 30 ans plus de 300 personnes (registre à jour et tenue à fin 2019 ) et dans tous les métiers de l’immobilier (gestion, transactions, expertises et même location d’appartements.)

Le Développement de LA TOUR IMMO ? À Paris ? En France ? 

LA TOUR IMMO évolue avec son temps. 

Parmi les ouvertures, LA TOUR IMMO Maubeuge dont l’ouverture sera prévue au second trimestre 2020, nous permettra de vous proposer et vous conseiller sur vos futurs placements. 
Nous avons été souvent précurseur, je continue de croire que l’aventure Parisienne n’est pas finie et que notre déploiement sur PARIS nous permettra de nous rapprocher de nouveaux commerçants. La politique de la mairie de PARIS ne nous permet plus de traverser PARIS dans des délais records et c’est la raison pour laquelle nous continuons à dire que chaque arrondissement a sa rue commerçante et c’est à nous de rester les leaders sur ce marché que nous maîtrisons depuis bientôt 30 ans.  

2020 annonce les 30 ans de LA TOUR IMMO, des nouveautés ?

LA TOUR IMMO est et reste une belle et grande famille.

2020, annonce la signature de notre siège social. Ces locaux nous permettrons d’accueillir et de rassembler une partie de nos services et notamment la gestion, l’expertise, le capital market, l’informatique, la communication mais surtout le développement. 

 Comment voyez vous le marché évoluer ? 

Tous les 10 ans , on assiste à une crise sans précédent et je suis persuadé qu’en 2020 on ne pourra y échapper. 

Le marché évolue de manière toujours aussi constructive. En effet les start up et les jeunes sortis de grandes écoles arrivent sur le marché avec de nouvelles idées et nous sommes présents pour les accompagner dans leur dévelopement. 

 Quels sont vos projets, objectifs pour les 5 ans à venir ? 

Je compte déployer nos équipes informatiques sur le digital, ce qui est bien sûr l’avenir de notre métier. 

Recruter et former reste notre objectif prioritaire afin de continuer à progresser. 

Avancer et récupérer des parts de marché sur des surfaces ou des secteurs sur lesquels nous étions peu présents. 

Atteindre rapidement le stade des 500 signatures par an. 

Rester et demeurer le conseil de nos experts en terme de valorisation d’actifs. 

Enfin, dans les 5 ans, J’entends gérer le développement avec l’ouverture de nouveaux cabinets.

En 2020, je souhaite à tout le monde de pouvoir vivre une histoire aussi belle que la nôtre tant sur le plan spirituel qu’intellectuel

Et je nous souhaite à ce que cette belle histoire continue encore pendant au moins 35 ans.