« La France en guerre contre un adversaire invisible » dixit le président Emmanuel MACRON.

Un début d’année 2020 marqué sous le signe de l’émergence du virus. Notre pays connait sa plus grande crise sanitaire de l’histoire : quarantaine, confinement, économie au ralenti, éloignement de lien social …sont d’autant d’éléments qui caractérise la situation actuelle.

Comment se passent vos journées depuis début du confinement ?

Je n’ai jamais été aussi affairé. Je démarre mes journées avec le travail quotidien en échangeant avec les directeurs d’agences et j’enchaîne en organisant l’après-crise.

Je me renseigne aussi beaucoup grâce aux réseaux sociaux sur le marché de l’immobilier.

En somme, je partage mes journées entre le travail quotidien et le développement de LA TOUR IMMO .  

Nous travaillons enfin à un avenir meilleur au sein de notre groupe pour que mes collaborateurs puissent revenir encore plus fort et pour l’avenir de nos enfants. Après la guerre il faut reconstruire et nous serons prêts demain afin d’aider le pays à se remettre debout.

Quel constat faut-il faire face à la crise ? 

Tout d’abord je vous rappelle qu’il y deux crises. La première est la crise sanitaire et la seconde est la crise économique. 

On a pu observer de par la crise sanitaire que la plupart des personnes ont pris leurs responsabilités en restant confinées.

La seconde est la crise économique, et notamment les dégâts occasionnés. Malheureusement nous n’avons aucun recul sur la situation ; nous faisons face à une crise sérieuse.

Les banques réfléchissent quant au fait de mettre en place des prêts pour le compte des PME en leur attribuant des crédits entre 25 à 30% de leur chiffre d’affaire de l’année N-1.

Afin de faire face à cette crise, il faut que tous les maillons de la chaine du travail se sentent concernés pour garder un état d’esprit clair et fixé sur les enjeux.

Notre entreprise a aussi son rôle à jouer en ne négligeant pas leurs salariés, de manière à pouvoir apporter le meilleur service à nos propriétaires, locataires, commerçants et investisseurs.

Quels sont les solutions à trouver à la sortie de crise ?

L’entraide et la solidarité sont deux points essentiels.

L’accompagnement du gouvernement est primordial de manière à ce que le pays redémarre d’une façon exponentielle. De plus, les maires ont un rôle important à jouer en rendant leurs villes attractives par le biais du commerce dynamique.

De notre côté et avec l’aide de certaines plateformes, tel que « Check my Guest », nous avons pu mettre à disposition des lits pour le personnel hospitalier.
Tous nos outils seront bientôt numérisés et nous saurons apporter un service à la pointe de la nouvelle technologie dès la rentrée prochaine (signatures électroniques,  visualisation d’une affaire par le numérique,  comptes propriétaires visibles par internet par nos Bailleurs , visio- conférence)

Quel comportement adopté de crise sanitaire ?

Le climat est assez anxiogène. Même si nous sommes obligés de nous tenir au courant de l’actualité quotidienne, il faut rester positif et reste à la maison afin de protéger les autres.

J’ai la chance d’avoir des partenaires et amis qui m’envoient chaque jour la presse en numérique.

Mon conseil est d’éviter de passer ses journées à lire la presse et de regarder les journaux TV, mais plutôt de la lire en diagonal.

De prendre du temps afin de démarrer sa journée par du sport, suivre des cours de langue ou de coaching sur les domaines qui vous intéressent ou encore de jouer à un instrument de musique pour ceux qui sentent que l’activité est complètement à l’arrêt.

 Peut-on déjà parler de l’après crise ?

Oui et heureusement.
De nouvelles activités vont voir le jour avec des commerces émergents :
Les commerces de demain sont déjà à nos portes.
Pour nous, Ça sera un marché à deux vitesses.
Notre travail a toujours été de créer de la valeur pour nos investisseurs mais également de louer les commerces une fois vendus à des activités porteuses.
De nouveaux systèmes de paiement sont en phase d’être mise en place avec les garanties des loyers mais également et surtout pour l’aide à la création d’entreprise.
On se demandait déjà, il y a encore 6 mois, si le marché de l’immobilier commercial n’allait pas tomber dans une crise en 2020. Vous avez aujourd’hui et malheureusement votre réponse un peu avant l’heure…
Pour palier à cette crise, nous demandons à nos partenaires de rester vifs et certains sont déjà au travail. On entend déjà parler d’un capitalisme numérique.

« Après la pluie, il y a le beau temps » (rires)

Pensez-vous que les commerces vont être touchés ?

De nombreux commerçants pensent déjà à mettre la clef sous la porte Alors que d’autres tentent de trouver des solutions.
Il faut que la chaîne s’accélère et que l’on récupère, nos bonnes habitudes du passé et travailler avec les moyens et technologies de demain.

Y a t’il d’ores et déjà des mesures importantes qui ont été prises ?

Les mesures de lutte contre la pandémie du Covid-19 qui ont été prises sont tout d’abord la solidarité entre les différents acteurs de l’immobilier.

Certains propriétaires de centres commerciaux ont annoncé geler les loyers pendant la durée du confinement et je salue leur geste.

Aujourd’hui, nous devons déjà penser à demain. Le rapprochement et la solidarité entre les gens est essentiel afin que nous puissions reprendre de l’activité, pour notre avenir et celui de nos enfants.

Pour conclure, Quelles sont les solutions pour rester en forme ? 

Pousser l’état à ce que les contribuables ne soit pas obligé d’être criblés de dettes en faisant appel à la banque centrale. 

Il faut que l’on se mette au travail et que l’on soit encore plus fort dès la sortie de crise afin que demain nous puissions faire partie des grands groupes qui auront su surmonter l’après-guerre. 

La réflexion peut être sur les commerces de demain. Le télé- travail, les livraisons de plats cuisinés ou commerces numériques alors je vous pose à mon tour la question : la revanche des réseaux sociaux est-elle arrivée ?

Propos recueillis par Pauline SOULHIARD